Comment fonctionne une pompe à chaleur ? Quelles sont les précautions à prendre ?

Votre artisan vous aidera à déterminer le type de pompe à chaleur adéquat en fonction des caractéristiques de votre logement (utilisation des locaux, système de chauffage actuel, prix et contraintes d’installation). Vous pouvez également faire appel à nos Conseillers qui vous aideront à étudier votre projet. Attention, l’installation d’une pompe à chaleur modifie l’aspect extérieur de votre logement. Avant toute installation, une déclaration préalable de travaux doit obligatoirement être transmise au Service Urbanisme de votre commune.

Le principe d’une pompe à chaleur (PAC) est celui d’un « réfrigérateur inversé ». Cet appareil permet de transférer la chaleur du milieu le plus froid (et donc le refroidir) vers le milieu le plus chaud (et donc de le chauffer). Il est constitué d’un circuit dans lequel circule un fluide frigorigène à l’état liquide ou gazeux. Schématiquement, la pompe à chaleur prélève un peu de chaleur à l’extérieur (l’air extérieur, le sous-sol du jardin, une source, ...) qu’elle restitue dans l’habitation. Il existe différents type de PAC selon le milieu d’origine de l’énergie captée. On parle selon les cas de modèles air/air, air/eau, sol/sol, sol/eau ou eau/eau. Le premier terme désigne l’origine du prélèvement et le second, le mode de diffusion de la chaleur (soufflerie, circuit d’eau chaude, plancher chauffant avec fluide frigorigène). Les pompes à chaleur sol/... ou eau/... sont dites « géothermiques ». Elles prennent l’énergie dans le sol ou les nappes souterraines.

Particulièrement efficace dans un logement bien isolé avec un plancher chauffant, la PAC est donc destinée prioritairement aux bâtiments neufs. Concernant leur utilisation en rénovation, une attention particulière doit être portée sur l’isolation et l’adaptation des émetteurs de chaleur.

Pompe à chaleur

Le coefficient de performance (COP) constitue une caractéristique technique fondamentale de la pompe à chaleur. Cet élément permet d’évaluer l’efficacité de l’appareil.

Ce coefficient fait partie des critères demandés pour bénéficier de différentes aides financières, et permet de vérifier la performance du matériel proposé par les entreprises.

Il convient de différencier les critères suivants : 

  • COP théorique, mesuré en laboratoire pour une température extérieure de 7°C et une température d'eau circulant dans les radiateurs de 35°C
  • SCOP ou COP saisonnier, estimé selon un climat moyen européen durant une saison de chauffe
  • ETAS ou Efficacité énergétique saisonnière, qui est égal au SCOP divisé par 2,5. Ce coefficient est exprimé en pourcents.

 

Voici un tableau détaillant les avantages et inconvénients de chaque système :

Tableau récapitulatif des avantages et inconvénients des différentes pompes à chaleur

Le prix d’installation peut varier de manière importante entre les différents systèmes :

Prix pompes à chaleur

L’installation de ces systèmes peut ouvrir droit à différentes aides. Consultez le chapitre « Aides financières ».

Voici quelques règles pour garantir le bon fonctionnement de votre pompe à chaleur :

  • Choisir une source froide la plus chaude possible avec un stock de chaleur ou un débit suffisant
  • Avoir un circuit de chauffage basse température (moins de 35°C). Cette température ne doit pas être supérieure à 40°C : une augmentation de 10°C de la température d’eau de chauffage entraîne une augmentation de 20 à 30 % de la consommation d’énergie
  • Dans le cas d’une PAC aérothermique (puisage de la chaleur sur l’air extérieur), abaisser le taux d’hygrométrie de la source froide permet d’éviter le givrage de l’échangeur. On préférera une façade moins exposée aux intempéries pour l’implantation de l’unité extérieure (façade sud dans l’idéal)
  • Eviter le surdimensionnement d’une PAC et utiliser un ballon tampon permet d’éviter le fonctionnement de la PAC en cycle court, qui pourrait dégrader prématurément le matériel
  • Faire appel à un bureau d’étude indépendant pour calculer les déperditions du logement afin de dimensionner la PAC et de calculer le COP annuel (environ 400 €)
  • Pour contrôler la consommation et d’éventuels dysfonctionnements, il peut être intéressant d’installer un compteur d’énergie (électrique) sur le circuit de la pompe à chaleur.

Les dépenses entrant dans la base de calcul du crédit d'impôt pour l'acquisition d'une pompe à chaleur dépendent du type de technologie utilisée. Il est par exemple à noter que les émetteurs de chaleur (radiateurs ou plancher chauffant) ne sont pas éligibles au crédit d'impôt. Vous pouvez cliquer ci-dessous sur le type de technologie envisagé, pour accéder à la liste des équipements éligibles au crédit d'impôt :

  • Les pompes à chaleur air / air, également appelées climatiseurs réversibles, ne sont pas éligibles au crédit d'impôt
  • Pompe à chaleur air / eau

Le Bulletin Officiel des Impôts relatif aux taux de TVA réduits précise la chose suivante dans son article 60 : 

"Est exclue du bénéfice du taux réduit de TVA la part correspondant à la fourniture de tous les systèmes de climatisation ainsi que celle des pompes à chaleur de type air/air."

Autrement dit, la fourniture de la pompe à chaleur air/air sera soumise à une TVA à 20%, et sa pose sera soumise à une TVA à 10%.